labioethiquededemain

L’étude sur les cellules souches qui rend bouche bée.

In Uncategorized on septembre 2, 2011 at 1:46

Après la coupure estivale, BDD fait sa rentrée avec un billet tourné vers un sujet fortement choyé sur ce blog : les cellules souches !

Sans parler de l’éminente controverse qui entoure l’utilisation de cellules souches embryonnaires, les cellules dérivées de cellules souches adultes détiennent elles aussi des contraintes de taille. En effet, les microbiologistes ont maintes fois fait le constat qu’avec la sénescence cellulaire, la recombinaison de cellules souches adultes dans d’autres cellules du corps humain est bien plus compliquée, la « plasticité » de celles-ci étant amoindrie. Une seule exception contrevient à cette logique : les cellules souches de la paroi buccale.

Pour les plus anxieux d’entre vous qui ont l’habitude de se mordiller l’intérieur de la bouche,  vous avez sûrement remarqué la capacité fulgurante qu’avait la muqueuse à se régénérer complètement en quelques jours. Cette guérison totale tranche avec les blessures de l’épiderme qui peuvent prendre des semaines à être soignées et laisser à vie une cicatrice en témoigne. Ce dynamisme dans la régénération de cellules est aussi observé chez certains reptiles et amphibiens, comme chez les lézards pour ceux qui se sont amusés dans leur enfance à leur sectionner la queue en attendant qu’elle repousse.

Dans son laboratoire de l’école Goldschleger de médecine dentaire au sein de l’université de Tel Aviv en Israël, le professeur Pitaru s’est donc penché plus en détails avec quelques uns de ses étudiants sur les propriétés particulières des cellules de la paroi buccale. Il s’est ainsi aperçu que ces cellules ne vieillissent pas au même rythme que les autres cellules du corps humain. Même prises chez un senior, les cellules de la muqueuse buccale seront aussi primitives dans leur développement que celles d’un enfant. Cette caractéristique a ainsi permis au professeur de les recombiner en des cellules souches pluripotentes, puis de les différencier avec presque autant de facilité selon lui qu’une manipulation de cellules souches embryonnaires. Son équipe a alors converti avec succès les cellules souches buccales en plusieurs types de cellules, d’os, de cartilage, de muscle, mais aussi des neurones. Les résultats de l’étude furent publiés dans Stem Cells.

Voici une preuve supplémentaire qu’il faut suivre attentivement la recherche sur les cellules souches pour les promesses thérapeutiques qu’elle traîne avec elle. Les implications de ces recherches sur la régénération cellulaire peut représenter autant de pistes pour lutter contre la dégénérescence neuronale, les défaillances cardiaques, ou encore les maladies s’attaquant au système immunitaire comme le SIDA.

De plus, il faut préciser que si le procédé de prélèvement tendait à se généraliser, la biopsie sur le patient n’aurait pas grand chose de contraignant, et serait quasiment indolore.

Pour l’instant, l’équipe du professeur Pitaru en est aux essais pré-cliniques. Parce que les cellules de la muqueuse buccale sont prélevées et réimplantées après avoir été dérivées sur le même patient, aucun signe apparent de rejet n’a été observé dans ces essais jusqu’à présent. Le professeur rajoute que l’utilisation de ces cellules empêche le développement de tumeurs qui peuvent apparaître en se servant de cellules souches embryonnaires.

Bref, pendant qu’en France nous nous prenons encore et toujours la tête sur les problèmes éthiques causés par l’utilisation des cellules souches embryonnaires (j’espère sincèrement pour eux que les députés et sénateurs qui ont voté le projet de loi bioéthique dernièrement ne se sont pas sentis grandis à la suite du débat étriqué qui a eu lieu sur ce sujet), je me réjouis de voir que le dynamisme de la recherche thérapeutique israélienne montre que des alternatives crédibles à la recherche sur l’embryon existent et sont en cours d’approfondissement. Une bonne leçon pour regarder toujours plus loin que le bout de son nez… vers la bouche en l’occurrence.

Publicités
  1. J’avais lu aussi cette découverte scientifique dans une revue médicale anglaise, et j’ai été réellement stupéfait par les espoirs qu’elle suscite pour la médecine régénérative. Quelques années à attendre les applications concrètes je pense malheureusement…

    • Quelles sont vos habitudes de lecture pour les revues scientifiques ? Si vous le souhaitez, nous pourrions correspondre à ce sujet par mail : contactez moi sur bddasso.at.gmail.com. Au plaisir d’échanger avec vous à ce sujet, VK

  2. Cela fait plaisir de lire des articles qui ne se prennent pas la tête mais qui sont pourtant hautement plus informatifs que ceux présents sur certains quotidiens en ligne dont je tairai le non ici…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :